3 sept. 2010

3/09/10
"On passe d'une chose à l'autre. Très vite. Pas


moyen de s'arrêter une seconde pour désigner le


nuage. Et plus loin : les violences. Personne ici


ne pourrait parler du feu. Tout reste entre nous.


Jamais dit.


On n'est convié à rien puisqu'on n'a pas de


mots.




Que des outils...


C'est tout.




Ecris ton poème maintenant."








Thierry Metz, "Le journal d'un manœuvre".