28 août 2011

(à Cesare le) 28/08/11
"Il sera inutile de se lever du lit.
Seule l'aube entrera dans la chambre déserte.
La fenêtre suffira à vêtir chaque chose
d'une clarté tranquille, une lumière presque."

Cesare Pavese, "Le Paradis sur les toits” 

23 août 2011

23/08/11
" ou bien, il s'immobilisait et posait sa tête dans la mousse et fermait les yeux à demi, et tout s'en allait alors, loin de lui, la terre se dérobait sous lui, elle devenait aussi menue qu'une étoile errante et s'immergeait dans un fleuve tumultueux dont les eaux claires défilaient sous son corps."


Georg Büchner, Lenz
(trad. J.P. Lefebvre)

8 août 2011

08/08/11
"        et parfois prenait-il le gris pour le bleu
voyait-il d'invisibles chauds soleils derrière
le gris des horizons la brume du bas des coteaux et
même les pluies        les pluies tièdes du soir
cette attente que la marche        la marche même
attisait
Puis la plaine blonde et chaude        cette couleur
dans le ciel        nulle part qu'ici
entre les pluies        le bleu et le bleu        et ce qui le
soir se glissait très gris au-dessus de l'horizon
les falaises et les coteaux et les vieux ponts sur la
Loire les bateaux qui attendaient le vent et comme là-bas les îles du milieu du fleuve
passant le point jusqu'au-dessus des l'île les
peupliers et les fleurs jaunes        blanches
et le bruit de l'eau contre les piles"


Michèle Desbordes, "Dans le temps qu'il marchait"