24 févr. 2016



"Je vis, dit la femme changée en bûche, dans la crainte que du genou ne me viennent des racines qui soudain me retiendraient au sol en un lieu que je n'aurais eu le temps de choisir, ou que du dos me sortent deux grandes ailes dont je n'aurais que faire, ou que mes 
yeux se ferment, ou que mes bras s'allongent jusqu'à terre (mon buste secoué par la bourrasque oscillant comme un roseau)."

Marie N'Diaye, "La femme changée en bûche" 


10 févr. 2016



"Il pose l'index sur chaque défaut, déchirure, plaie, lézarde, démontrant d'un seul geste l'extrême fragilité des murs, des planches, des métaux et de la peau, et soulignant les accidents de l'uniforme enveloppe visible. Les étangs sont striés de stries brisées, la surface des fleuves n'est pas plate. Tout est troué, même l'air."

 Eugène Savitzkaya, "Marin mon coeur"